mardi 24 juin 2008

Maman fait de la résistance

Récemment une connaissance me demandait pourquoi avoir un blog. Je lui ai alors raconté une petite histoire qui m’a marqué lorsque j’avais environ 12 ans.
À l’école, on nous racontait l’Holocauste et j’étais très choquée d’apprendre que 6 millions de personnes avaient été victimes d’un assassinat organisé, dont il semblerait qu’une partie importante du monde était parfaitement au courant et ne faisait pas grand chose!!! Enfin, j’étais aussi légèrement soulagée d’apprendre au cours suivant qu’une poignée s’était rebellée, avait pris action contre cette tuerie et cachait des gens qui, autrement, auraient fait leur dernier voyage… Ils l’ont fait au péril de leur vie, tout en sachant au fond d’eux-mêmes que s’ils ne le faisaient pas, ils ne pourraient plus jamais se regarder dans un miroir.

Aujourd’hui on assiste à l’assassinat de notre planète, elle tente de nous montrer qu’on lui fait du mal, elle se rebelle. Elle ne peut pas faire appel à des lobbyistes, ni voter, elle ne peut que déchaîner ses éléments et parfois nous priver de notre maison ou d’aliments.

Résister, en 2008, c’est tellement plus facile et en plus ça fait du bien!
- Faire un partenariat avec un agriculteur local qui cultive « bio ».
- Réutiliser tout ce qu’on peut. Recycler comme dernier recours.
- Composter!!! À Montréal nous avons des cours arrière, on peut s’organiser entre voisins!
- Remplacer ses mouchoirs en papier, l’essuie-tout, les couches, les serviettes hygiéniques par du durable, pas du jetable. La seule exception que je m’accorderai sera le papier toilette!!! Et il est issu de papier recyclé à 100%, merci Loblaws!
- Marcher c’est bon pour la santé.
- Se fixer des objectifs. J’ai un livre qui me guide : « 10 minutes pour la planète » d’Anne Tardy. Il est surement à la bibliothèque, sinon, demandez-le ou empruntez-en un autre sur le même sujet.
Et pourtant, je suis encore loin de mes objectifs, le changement de mes petites habitudes bien ancrées est difficile… oui, j’ai des difficultés à me rééduquer. C’est comme quand on commence un sport, c’est dur au début et on est assez nul… Puis on persévère, on s’entraîne, on rate, on recommence et un jour – bonheur!- on sent qu’on a progressé.

Petit à petit, progressons. Quand nos enfants nous demanderons si nous avons résisté, nous pourrons leur dire fièrement « oui, nous faisons notre part depuis bien des années ».

Aucun commentaire:

Bonjour aux 36 abonnés du blog et aux 73 fans de la page Facebook Maman écolo, bébé bio!  Maman écolo reprend du service :)  Ma bébé bio ...