mardi 24 juin 2008

Maman fait de la résistance

Récemment une connaissance me demandait pourquoi avoir un blog. Je lui ai alors raconté une petite histoire qui m’a marqué lorsque j’avais environ 12 ans.
À l’école, on nous racontait l’Holocauste et j’étais très choquée d’apprendre que 6 millions de personnes avaient été victimes d’un assassinat organisé, dont il semblerait qu’une partie importante du monde était parfaitement au courant et ne faisait pas grand chose!!! Enfin, j’étais aussi légèrement soulagée d’apprendre au cours suivant qu’une poignée s’était rebellée, avait pris action contre cette tuerie et cachait des gens qui, autrement, auraient fait leur dernier voyage… Ils l’ont fait au péril de leur vie, tout en sachant au fond d’eux-mêmes que s’ils ne le faisaient pas, ils ne pourraient plus jamais se regarder dans un miroir.

Aujourd’hui on assiste à l’assassinat de notre planète, elle tente de nous montrer qu’on lui fait du mal, elle se rebelle. Elle ne peut pas faire appel à des lobbyistes, ni voter, elle ne peut que déchaîner ses éléments et parfois nous priver de notre maison ou d’aliments.

Résister, en 2008, c’est tellement plus facile et en plus ça fait du bien!
- Faire un partenariat avec un agriculteur local qui cultive « bio ».
- Réutiliser tout ce qu’on peut. Recycler comme dernier recours.
- Composter!!! À Montréal nous avons des cours arrière, on peut s’organiser entre voisins!
- Remplacer ses mouchoirs en papier, l’essuie-tout, les couches, les serviettes hygiéniques par du durable, pas du jetable. La seule exception que je m’accorderai sera le papier toilette!!! Et il est issu de papier recyclé à 100%, merci Loblaws!
- Marcher c’est bon pour la santé.
- Se fixer des objectifs. J’ai un livre qui me guide : « 10 minutes pour la planète » d’Anne Tardy. Il est surement à la bibliothèque, sinon, demandez-le ou empruntez-en un autre sur le même sujet.
Et pourtant, je suis encore loin de mes objectifs, le changement de mes petites habitudes bien ancrées est difficile… oui, j’ai des difficultés à me rééduquer. C’est comme quand on commence un sport, c’est dur au début et on est assez nul… Puis on persévère, on s’entraîne, on rate, on recommence et un jour – bonheur!- on sent qu’on a progressé.

Petit à petit, progressons. Quand nos enfants nous demanderons si nous avons résisté, nous pourrons leur dire fièrement « oui, nous faisons notre part depuis bien des années ».

vendredi 20 juin 2008

Témoignage sur le Keeper


Mon amie Tania nous parle de son expérience avec le Keeper:

Un tampon réutilisable?! L’idée peut paraître un peu bizarre au départ, mais il y a deux ans que je l’utilise, et je ne peux pas m’imaginer avec des tampons et serviettes jetables maintenant!
J’étais super contente quand Marianne m’a invité à témoigner pour le Diva Cup (en réalité la marque que j’utilise est Keeper, mais les deux sont très semblables). Il s’agit d’une coupe en caoutchouc naturel qui, au lieu d’absorber le sang, le recueille dans sa concavité. Je la vide à chaque fois que je vais à la salle de bains, et deux ou trois fois par jour ça suffit, dans mon cas. Si possible, je la lave au moment de la réinsérer, mais, si je suis au bureau ou si je suis gênée de la laver devant les autres filles, je la nettoie avec le papier hygiénique avant de la réintroduire dans le vagin et je la lave seulement le soir, pendant ma douche.

Le matériel est souple et la coupe s’adapte à mon vagin, donc je ne sens absolument rien quand je la porte. Pourtant, dans les premiers mois, j’hésitais au moment de la porter pour dormir. Aujourd’hui je la porte 24 heures par jour pendant mes règles et je n’utilise que le keeper. Je mentirais si je disais qu’il n’y a jamais eu de fuites. Mais, qui n’a jamais eu de fuites avec les tampons ou les serviettes jetables?! Normalement, c’est parce que je n’ai pas bien placé la coupe, donc il suffit de l’ajuster. J’adore les sports et la plage (brésilienne, je l’ai déjà porté dans mon pays natal aussi…). Je cours et je fais de la musculation, et tout ça va super bien avec le keeper.

Le Keeper est fabriqué aux États-Unis et approuvé par le FDA (Food and Drugs Administration). Le Diva Cup est déjà approuvé par Santé Canada. Pour celles qui ont une allergie au caoutchouc, je sais qu’il y a aussi une option en silicone. Et pour celles qui trouvent bizarre d’avoir quelque chose en caoutchouc dans leur vagin, pensez à la quantité de produit chimique qui doit être employé pour blanchir les tissus des tampons ou des serviettes jetables! Ça, oui, c’est bizarre de mettre dans nos vagins! Mais le marketing des multinationales nous fait oublier cet aspect dégoutant des tampons jetables… Ce qui m’amène à un dernier avantage, pas de moindre importance : l’économie! J’avoue que je ne sais pas combien d’années mon keeper va durer, mais j’ai l’impression qu’il va m’accompagner jusqu’à la ménopause, et je n’ai plus besoin de dépenser un sou avec des serviettes!…

vendredi 13 juin 2008

Thèse de doctorat sur les couches lavables

En 2003, Anne-Sophie Ourth a écrit sa thèse de doctorat sur la comparaison d'un point de vue environnemental entre couches jetables et couches lavables. Intéressant.

http://www.bulledecoton.org/telechargements/These.pdf

mardi 10 juin 2008

Lavables pour bébé bio, lavables pour maman écolo!


Dans la foulée de l’utilisation de couches lavables, je me suis lancé le défi de me mettre aux serviettes hygiéniques lavables. La fin de l’allaitement arrivée, les règles sont revenues et j’étais préparée avec mes serviettes lavables Lunapads (achetée chez La Loba sur la Pza St Hubert) et une achetée à la Coop La Maison Verte (rue Sherbrooke, à NDG). Je me suis dit que j’allais commencer tout doucement, avec 3 serviettes, qui m’ont fait presque la journée.
J’ai beaucoup aimé la sensation de douceur, j’ai oublié que je portais des lavables, à tel point que j’ai eu des fuites avec celle de La Maison Verte!
Si je devais faire un parallèle, je dirais que c’est comme la différence entre porter un chemisier de soie et porter un chemisier de polyester. Le premier est très doux et agréable à porter, mais pas évident à entretenir. Le deuxième très facile à l’usage, mais rien à voir avec la somptueuse soie… qui ne veut pas essayer le chemisier en soie?
Étant en congé maternité, donc principalement chez moi, l’expérience est facile à réaliser. Par contre, une fois retournée au travail, honnêtement je ne vois pas comment gérer le quotidien. Pour le moment, je vais m’équiper avec des serviettes de différentes « marques » pour pouvoir adopter presque tout le temps cette alternative écolo. Ma prochaine acquisition sera quelques exemplaires chez Les fées mères.
Pour les jours les plus abondants, je ne prendrais pas de risque pour le moment, alors j’utilise les serviettes jetables de la marque Natracare qu’on peut trouver chez Rachelle Bery et chez Tau. Enfin, je sais qu’il existe aussi une alternative appelée la Diva Cup, adoptée par une amie, que j’ai invité à témoigner.

lundi 2 juin 2008

Adresses pour une garde-robe responsable

Un article dans La Presse en avril dernier nous propose une liste de boutiques où trouver des vêtements. Je connais et recommande Crazy Lily, Harricana et Rien à cacher.

  • Folle Guenille (bijoux, friperie, vêtements en matériaux recyclés, designers québécois) 4039, rue Sainte-Catherine Est, 514-845-0012
  • Friperie La Gaillarde (friperie et vêtements en matériaux recyclés et équitables) 4019, rue Notre Dame Ouest, 514-989-5134 http://www.lagaillarde.blogspot.com/
  • Crazy Lily (vêtements éthiques, designers québécois et bijoux) 6300, rue Saint-Hubert, 514-293-4598 http://www.crazylily.com/
  • Cul-de-sac (friperie et matériaux recyclés. Trois boutiques.) 3966, boulevard Saint-Laurent : 514-504-8417 / 371, avenue du Mont-Royal : 514-303-4781, 3811, rue Sainte-Catherine Est
  • Rien à cacher (vêtements éthiques et recyclés) 4141, rue Saint-Denis, 514-907-6187 http://www.rienacacher.com/- Belle et rebelle (vêtements éthiques et recyclés) 6321, rue Saint-Hubert, 514-315-4903 belleetrebelle.ca
  • Blank (fabriqués au Québec) 4276, boulevard Saint-Laurent, 514-849-6053 http://www.portezblank.com/
  • Harricana (haute couture tissus et fourrure recylés) 3000, rue Saint-Antoine, 514-287-6517 http://www.harricana.qc.ca/
  • On&On (tissus recyclés) 6060, rue Saint-Urbain, atelier 501, 514-840-9019 http://www.on-oncollections.com/
  • Fringues&Cie (Friperie Y des femmes de Montréal) 1355, boulevard René-Lévesque Ouest, 514-866-9941, poste 515
  • Preloved (matériaux recyclés et neufs) 4832, boulevard Saint-Laurent, 514-499 9898 http://www.preloved.ca/
  • Moly Kulte (matériaux recyclés) 4523, rue Saint-Denis, Montréal, 514-223-8477http://www.molykulte.com/
  • Falakolo (sacs en matériaux recyclés) Boutique-Atelier, 2599, boulevard Le Corbusier, Laval, 450-978-1272 http://www.falakolo.com/

dimanche 1 juin 2008

La Chine, poubelle de l'Occident

2 minutes de reportage qui vous motiverons encore plus à RÉUTILISER plutôt que recycler:

http://tf1.lci.fr/infos/media/jt/0,,3380494,00-recyclage-dechets-etranger-.html

Consommation et recyclage...




Un video à voir sur http://www.storyofstuff.com/

D'où vient ce que nous consommons? Pourquoi le consommer? L'obsolescence programmée et d'autres sujets abordés.

En anglais seulement.

Très intéressant.

 

designer : anniebluesky : www.bloggeruniversity.blogspot.com