samedi 31 mai 2008

Le guide des couches lavables


Je viens de le recevoir: très intéressant!! Petit moins: ne parle pas des couches canadiennes.
Le Guide Les couches lavables 300 pages en couleurs - nombreuses photos(50 centimes par guide seront utilisés pour offrir à des familles des bons de location et de nettoyage des lavables)
€ 12,50 (€4,70 de port)

Service de lavage de couches: une maman témoigne

« C’est après avoir appris combien de couches un bébé utilise, et clairement qu’on jette dans la nature, que j’ai décidé d’utiliser des couches en coton. Comme je suis un peu paresseuse quand même, je me suis tout suite renseignée sur le service de couches ici à Montréal; j’en ai trouvé un qui offre la location de tout le kit sans aucune dépense initiale, ce que j’ai trouvé idéal au cas où je n’aime pas les couches, le service ou mon bébé aurait de problèmes de peau. Maintenant, cinq mois plus tard, je suis très contente des résultats car c’est une option super pratique : je ne lave que les surcouches, tout le reste va dans le seau et puis une fois par semaine on change les couches sales contre les couches propres, qui sont d’abord stérilisées donc il y a zéro risque pour le petit. La seule inconvénient c’est que parfois, comme mon fils bouge beaucoup, si la surcouche n’est pas bien serrée avec le body, elle se salis pas mal et bon, là il faut laver intensivement…. Mais, ce n’est aucun effort quand je pense combien on épargne l’environnement! »

Il existe deux services de couches à Montréal :
- Maman Écolo : oui, comme moi, mais bien sûr je ne suis pas celle qui propose le service ! C’est Julie Cousineau qui propose ce service presque partout à Montréal, Laval et la Rive Nord. On peut la joindre sur : mamanecolo@netscape.ca ou au telephone: 450-474-3550
- Bébé Auric, fondé par Samantha Cockburn et Antoine Goulet http://www.babyauric.com/fr/ tél : 514-483-AURIC (514-483-2874)

Grosso modo, le prix revient au même que d’acheter des couches jetables.

jeudi 29 mai 2008

Friperies pour enfants: une découverte!

Se promener en poussette par une belle journée ensoleillée et découvrir une toute nouvelle friperie pour enfants: quel plaisir… C’est ce qui m’est arrivé cet après-midi.
Je me suis arrêtée chez Mini Zabies, au 1991 Beaubien Est et j’ai rencontré la propriétaire Grace Gordon, une maman charmante avec un esprit écolo et un sens de l’esthétisme marqué. Sa boutique est superbe! J’ai pratiquement envie de l’engager pour faire la déco chez nous!!
Inaugurée il y a 3 semaines, les racks offrent non seulement un choix de vêtements, mais aussi de livres et autres articles seconde main. Il y aussi une aire de jeux où votre petit trésor rencontrera peut-être Bia, 3 ans, l’inspiration de Grace pour Mini Zabies.
Si vous voulez connaître les horaires, le téléphone est le 514 750 3999.
Longue vie à Mini Zabies!

vendredi 23 mai 2008

Échange de biberons chez La Baie et Zellers

RECTIFICATION: Je viens de téléphoner à 1 La Baie et 1 Zellers et, contrairement à ce qui m'avait été dit quand j'ai publié cette note, depuis le 17 mai une facture est exigée. Je me demande qui garde les factures de biberons?

Mon amie me signale que chez Zellers et La Baie on échange les biberons Avent, qui contiennent du Bisphénol, contre des biberons qui n'en contiennent pas.
Pas besoin de preuve d'achat, il suffit de rapporter et échanger.
Bravo au groupe HBC et merci à Mélanie de nous avoir transmis la bonne nouvelle!

CPE bio à 75% à Sherbrooke, QC

Ma belle-soeur me fait part de l'existance d'un CPE à Sherbrooke où on nourrit les petits d'aliments biologiques à 75%. Il s'agit du CPE des Petites puces. Merci pour la bonne adresse!
Voici le reportage sur TVA:
http://tva.canoe.com/stations/chlt/nouvelle/20080522.html#164653
Chéri, quand est-ce qu'on déménage à Sherbrooke? :)

mercredi 21 mai 2008

3 familles ont fait l'essai des couches lavables

Dans l'émission Salut Bonjour, sur TVA, en novembre dernier, on propose à 3 familles d'essayer les couches lavables.

"Après un mois d’utilisation, les trois familles sont unanimes quant à l’intégration des couches lavables dans leur quotidien : il faut vraiment vouloir et oui, elles vont toutes poursuivre l’aventure, aucun abandon ! Youpi ! Mission accomplie. "

Regardez l'émission: http://tva.canoe.com/emissions/salutbonjour/enfance/19251.html

Un site où on vous dit tout, tout, tout sur les couches lavables:
http://fr.ekopedia.org/Couche_lavable

Noix de lavage, la découverte continue

Les essais dans ma laveuse avaient été satisfaisants, aussi je ne me suis pas arrêtée là… j’ai essayé le liquide extrait des noix de lavage pour laver ma vaisselle (à la main) et sous la douche!
La vaisselle : très contente du résultat! En plus mes mains sont douces! Par contre, pour le gras, le liquide vaisselle donne un meilleur résultat, j’ai donc mélangé 1/3 liquide vaisselle + 2/3 de saponine dans le récipient « push-push » sur le bord de mon évier.
Il y a aussi une difficulté à utiliser un produit aussi liquide sous la douche : il coule beaucoup trop vite. À moins d’avoir une éponge ou un gant de toilette pour recueillir le produit et le faire mousser, le liquide s’échappe. Une fois ce petit problème technique surmonté, la saponine lave très bien la peau et la laisse douce. Je suppose que ça doit être moins agressant que le savon.
Prochaines étapes : le sol, les vitres, la baignoire, etc… Si vous l’avez déjà fait, j’aurais plaisir à connaître votre expérience.

mardi 20 mai 2008

Pour une garde-robe responsable

Dernièrement, une amie m’expliquait comment une personne de son entourage a lancé un défi qu’elle a décidé de relever : ne consommer que du seconde main. Mon amie n’est vraiment pas une granola ou une grande originale, elle est chef de produit dans une multinationale et mariée à un avocat. Elle a juste décidé de faire sa part, avec un défi qui lui semble intéressant (et amusant!) pour participer à l’effort collectif.

Pour ma part, je pense que la barre du 100% seconde main est trop haute pour moi, mais cette approche m’a bien fait réfléchir. Voici donc mes petites « règles » à moi :

Pour m’habiller, deux principes de base :
1) Je regarde dans ma garde-robe si je n’ai pas déjà tout pour satisfaire mes besoins.
2) Je consomme du seconde-main : j’échange avec mes amies, ma famille ou j’achète dans des friperies.

Si je ne trouve pas mon bonheur, alors je me tourne vers des vêtements faits de fibres écologiques et produits de façon responsable, idéalement locale. L’industrie canadienne du textile étant pratiquement morte, c’est un grand défit!

Seconde main
Je suis une novice dans les friperies, mais il y en a une où je trouve toujours des affaires intéressants : celle des « Petits Frères des Pauvres » (coin Garnier et Gilford, sur le Plateau), plus en particulier leur « friperie chic » à l’étage.
Quand un vêtement ne me va plus (après la grossesse…) et s’il est un bon état, je le propose aux amies ou à la famille et s’ils ne l’adoptent pas, alors j’en fais don à un organisme d’entraide sociale. S’il est en mauvais état et non récupérable, j’essaie d’en faire un chiffon. Il est aussi possible de le donner à des entreprises qui font des articles recyclés, comme Les fées mères (http://www.lesfeesmeres.com/couture.htm) qui en font des sacs, des jouets et autres.
Plusieurs magasins proposent des vêtements recyclés, faits à base de vieux vêtements ou de morceaux de tissus non utilisés dans diverses industries. Une adresse : « Rien à cacher » sur la rue St Denis, coin Mont Royal.

Fibres écolo et production responsable
De grandes maisons québécoises répondent à cette demande croissante, comme Simons qui a lancé une collection faite de tissu de bambou et de coton bio, ou encore Tristan & America qui maintient une partie de sa production au Canada.
De nouvelles marques ont vu le jour au Québec, comme Lilidom (vêtements pour enfants de 0 à 6 ans) qui produit en coton biologique en Inde avec une certification de commerce équitable. Vous trouverez plusieurs marques chez Crazy Lili sur la Plaza St Hubert.
Même les supermarchés s’y mettent! Sobey’s (bannière Provigo, Loblaws, Maxi) offre la marque Joe avec ses vêtements pour enfants en coton biologique. J’ai vu ça la semaine dernière en faisant mon épicerie : c’est très joli ce qu’ils proposent!

Je relis mon texte et il donne l’impression que nous avons plein d’options, mais la triste réalité est que je trouve ça très difficile de magasiner responsable, alors je finis souvent par m’abstenir. Dernièrement, j’ai découvert le site http://www.ethiquette.ca/ qui m’aide à faire des choix plus éclairés, mais je me rends compte que « doucement pas vite » je pratique de plus en plus la simplicité volontaire. Magasiner responsable ne devrait pas être un parcours du combattant, sinon c’est pas drôle!

lundi 19 mai 2008

Resto parents-bébé

Vous êtes parents avec de jeunes enfants à Montréal? Savez-vous qu’il existe des restaurants-cafés qui nous sont spécialement destinés? J’ai d’abord découvert « Maman, bébé et café » à NDG grâce à une amie qui habite dans ce quartier, mais c’était un peu loin de chez moi. Une autre amie m’a invitée à faire un tour chez « Kavaloo » à Outremont et là j’ai eu le coup de cœur! Dernièrement, en faisant une courte recherche internet, j’ai découvert « Enfant et Cie » à Saint Léonard, que j’ai bien envie d’explorer aussi.
Pourquoi ai-je aimé Kavaloo? On mange bon, simple et sain. On parle ici d’un restaurant (cuisine française, s’il vous plaît), on ne propose pas une collation, mais bel et bien un menu, qui en plus vous donne des précisions quant au contenu possiblement allergène, un détail qui a malheureusement une importance grandissante dans notre société très allergique… moi la première.
L’hygiène : tellement important! J’ai apprécié les housses lavables (et propres) sur la chaise vibrante où j’ai déposé ma fille lors de mes deux visites chez Kavaloo.
Ce que je n’ai pas encore trouvé c’est un menu biologique et local, composé de fruits et légumes de saison. L’éducation commence par l’exemple. Si vous avez de bonnes adresses, s’il vous plaît, partagez-les!

jeudi 15 mai 2008

WANTED: Garderie écolo et bio à Montréal

Ce que j’appelle une « garderie bio-écolo », c’est une garderie qui :
1) nourrit nos enfants avec des aliments biologiques dans une proportion « raisonnable », soit 70% à mon sens,
2) met des couches lavables sur les popotins (que je lave, pas de soucis)
3) recycle et récupère

À Montréal, pour ce qui est de l’alimentation bio, Équiterre a développé un partenariat entre des fermes biologiques et des CPE. La liste des participants :
http://www.equiterre.org/agriculture/garderieBio/listeFermesCPE.php

À ma connaissance, il n’y a malheureusement pas de CPE qui utilise des couches lavables, c’est donc à nous, parents, de lancer l’idée et d’essayer de développer cette pratique. En France, ça existe, regardez ce reportage à la télévision française :
http://videos.tf1.fr/video/news/sciences/0,,3617587,00-couche-lavable-fait-retour-dans-creche-nord-.html

Chers parents, si vous connaissez une telle perle rare, parlez nous-en!

lundi 12 mai 2008

Les friperies: la pêche aux trésors!

Tout le monde vous le dira : un bébé, ça grandit très vite! …et les vêtements seront très peu portés, alors pourquoi se ruiner alors qu’on trouve de tout, presque neuf, dans des friperies et autres ressources « seconde main »? C’est encore mieux quand une valise de vêtements usagés circule dans la famille, servant à plusieurs enfants.

Selon mon expérience (bébé né en janvier), pour les 3 premiers mois l’essentiel sera (taille 0-3 mois): 8 body, 8 pyjamas, deux bonnets, un suit de neige, 2 gilets et 2 ensembles « cute » pour une sortie.

Voici une petite liste trouvée sur http://www.petitmonde.com/ :
· 9 mois plus tard (vêtements 0 à 4 ans, jouets et accessoires)6596, boul. Saint-Laurent, Montréal. Téléphone: (514) 270-0664
· Boutique Trading Post (vêtements 0 à 2 ans, maternité)26, Valois Bay Avenue, Pointe-Claire. Téléphone: 514-695-1872
· Friperie La Boite Aux Trésors (vêtements 0 à 14 ans, jouets et accessoires)1610, rue Barré, Saint-Laurent. Téléphone: 514-855-0659
· Friperie Peek A Boo (vêtements 0 à 12 ans, maternité, jouets et accessoires)807, rue Rachel Est, Montréal. Téléphone: 514-890-12221736, rue Fleury Est, Montréal. Téléphone: 514-270-4309
· Jardin d'enfants (vêtements 0 à 16 ans, maternité, jouets et accessoires)325 Lakeshore, Pointe-Claire. Téléphone: 514-428-0820
· Julie et Benjamin (vêtements 0 à 16 ans, maternité, jouets et accessoires)1351, avenue Van Horne, Outremont. Téléphone: 514-277-0304
· Memory Lane (vêtements 0 à 12 ans, jouets et accessoires)5560, avenue de Monkland, Montréal. Téléphone: 514-482-0990
· Scarlett Junior 2005 (vêtements 0 à 14 ans, jouets et accessoires)256, avenue du Mont-Royal Est, Montréal. Téléphone: 514-842-6336
· Village d'enfants (vêtement 0 à 14 ans, maternité, jouets et accessoires)290 Bord du lac, Pointe-Claire (514) 695-0480

N'HÉSITEZ PAS À COMPLÉTER CETTE LISTE

un ajout suite à un courriel de présentation que la proprio m'a envoyé: · Boutique Timôme
Francoise Travet
3654 rue du Campanile G1X 4G6 Ste Foy Québec
Tel : 418-651-7474
www.timome.com

J’ai personnellement acheté chez Peek A Boo, mais aussi dans les ventes de garage, l’Armée du Salut (www.armeedusalut.ca/magasins, pour trouver les magasins) et les friperies des églises.
Vous pouvez aussi trouver votre bonheur sur http://montreal.kijiji.ca/ ou encore http://montreal.fr.craigslist.ca/ Ebay ou http://www.pourenfant.ca/

Alors, bonne pêche et amusez-vous bien!!!

Noix de lavage

Dans ma poursuite d’un mode de vie plus respectueux de la nature, j’ai essayé les noix de lavage cette semaine, et ça lave bien!
Comment procéder? La saponine contenue dans les coquilles ne se libère pas à l’eau froide, vous devez donc tremper 3 à 4 coquilles dans une tasse d’eau chaude pendant 5 minutes, récupérer l’eau et la mettre dans le bac de lessive de votre laveuse. Si vous lavez à l’eau tiède, les 3 ou 4 coquilles se mettent dans un sac de coton ou une chaussette qu’on noue et va directement au milieu du linge. Ces noix peuvent être utilisées 2 à 3 fois. Un kilo de noix durerait un an, à raison de trois brassées par semaine. À 20$ le kilo, quelle belle économie!
Ces noix proviennent de l’Inde et du Népal, elles poussent sur un arbre qui produit des fruits, entourés des dites coquilles. Cet arbre ne reçoit aucun engrais ou pesticide. Il n'y a pas de plantation, mais quelques arbres chez l'habitant qui vend sa "récolte" à une coopérative. Actuellement, aucune noix n’est certifiée équitable ou biologique, à ma connaissance… et je ne peux m’empêcher de me demander si un trop grand succès pourrait créer une utilisation abusive de ces arbres.
Vous les trouverez chez La Loba ou Câlins et Popotins ou encore www.avellana.ca

lundi 5 mai 2008

Mon arbre à moi

Mai est le mois de l’arbre et des forêts, et le Ministère des ressources naturelles et de la faune a lancé le programme une « campagne permet à tout enfant qui naît ou qui est adopté dans l'année en cours de recevoir un petit plant d'arbre qui grandira avec lui. »
Ma fille étant née en janvier, je l’ai inscrite il y a quelques mois et hier, nous sommes allés chercher son arbre à la Maison de l’arbre du Jardin botanique de Montréal. Nous avons choisit un cerisier tardif dont on nous a remis un plant de 30cm environ, tout petit, comme ma fille! Malgré la pluie, il y avait pas mal de monde.
Je trouve l’initiative porteuse d’un très beau message. Le fait de planter un arbre à la naissance d’un enfant est une tradition très ancienne dans plusieurs cultures, et nous sommes heureux de la maintenir.
Fait intéressant, le site nous informe aussi que « les forêts québécoises représentent 20 % des forêts canadiennes et 2 % des forêts mondiales. »… notre pays compte donc 10% des forêts dans le monde? Wow… quelle responsabilité!
Pour recevoir son plant en mai, on doit s’inscrire avant le 15 avril sur le site :
http://www.mrnf.gouv.qc.ca/maf/mon-arbre.asp
Pour ceux qui ont bien reçu la lettre il y a quelques semaines et juste oublié d’aller chercher le plant, rappelez-vous que vous pouvez y aller cette semaine. Il est nécessaire d’avoir la lettre.

samedi 3 mai 2008

Boires : le point sur les biberons

L’allaitement est reconnu être ce qu’il y a de mieux pour bébé, mais parfois l’ajout d’une préparation s’avère nécessaire. On peut aussi adopter, par choix ou besoin, l’allaitement mixte, donner le sein + la préparation en biberon, après 1 mois d’allaitement. C’est la formule que j’ai dû adopter car ma fille n’avait pas repris son poids de naissance après 4 semaines.

Si on donne la préparation, voici quelques informations (sous toutes réserves car je ne suis pas une scientifique, mais "juste" une maman).

Les préparations pour nourrissons
C’est simple et court, il n’existe que deux marques biologiques au Canada, à ma connaissance : My Organic Baby et Le Choix du Président. La première coûte 40$ et j’ai eu beaucoup de mal à la trouver, la deuxième 23$ chez Provigo ou Loblaws. Attention, ce ne sont pas tous les points de vente de ces supermarchés qui référencent ce produit, le mieux est donc d’appeler avant de se rendre ne magasin. La composition de ces 2 produits est 100% identique à la lecture de l’information nutritionnelle.

Les biberons
Une étude publiée en janvier dernier dénonce les méfaits du Bisphenol A (aussi connu comme BPA) qui est l’une des composantes des biberons en polycarbonate (aussi présent dans la vaisselle pour four à micro onde et certains emballages alimentaires, d’ailleurs). Le Bisphénol serait un perturbateur endocrinien qui modifie le fonctionnement normal des hormones. Il peut être responsable de troubles du développement et de la reproduction, altérer les organes de reproductions mâles, induire une puberté précoce chez les filles et on suspecte un lien entre le Bisphénol A et l'obésité.
Les études ont déterminé que « la principale source d'exposition des nouveau-nés et des nourrissons se produit lorsque le biberon de polycarbonate est exposé à une température élevée, et lorsque le bisphénol A, imprégné dans le revêtement des boîtes de préparation pour nourrissons, migre dans la préparation liquide. Les scientifiques ont conclu dans leur évaluation que l'exposition des nouveau-nés et des nourrissons au bisphénol A est inférieure aux niveaux générateurs d'effets sur la santé. Cependant, l'écart entre cette exposition et l'effet sur la santé n'est pas assez grand ».
Dans La Presse du 19 avril, on annonce que : « Le gouvernement Harper […] bannirait les biberons qui contiennent du bisphénol A si personne ne le convainc du contraire d'ici deux mois. Ce serait une première dans le monde pour ce produit potentiellement cancérigène ».
Voici le communiqué du gouvernement canadien : http://www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/bisphenol-a_f.html
Une pétition en ligne demandant au gouvernement de désigner le BPA comme matière toxique a été mise en place sur : http://www.toxicnation.ca/

Ce qui m’amène donc à vous parler des biberons sans Bisphénol ou bien en verre, à adopter, par mesure de précaution.
En verre :
· Evenflo (120 et 240ml, autour de 5 à 6$) avec sa tétine en silicone (paquets de 2 à 4 unités, de 4 à 8$). Mon amie en a acheté chez Zellers et j’en ai vu chez Azure Wraps à NDG, avec une pellicule colorée protectrice qui semble être en silicone.
· Dr.Brown’s de 200ml chez Bébé+ à 10$ chaque. Ceux que j’ai acheté et j’en suis satisfaite car ils ont un système anti-colique qui marche très bien pour nous.
En plastique, sans BPA,
· Born Free est aussi sans phthalates, ni PVC
· Think Baby : j’en ai acheté, mais la tétine a un débit bien trop important pour ma fille de 4 mois. Je vais les garder pour un peu plus tard.

L’hygiène du biberon
Lavage: Juste après avoir donné le biberon à bébé, le vider et le rincer. Défaire le biberon en séparant la tétine, la bague et le capuchon. Immerger le tout dans de l'eau chaude additionnée de liquide vaisselle biologique, nettoyer soigneusement toutes les parties avec le goupillon sans oublier de retourner la tétine. Rincer abondement et stériliser le biberon.
Stérilisation (jusqu’à l’âge de 3 mois): Plonger les tétines et biberons dans l'eau bouillante pendant 20 minutes pour les biberons et 5 minutes pour les tétines. Une cocotte ou une grande casserole suffira à ce mode de stérilisation. Les biberons sont utilisables pendant 24 heures.

Quelques conseils additionnels, sachant que les opinions diffèrent selon les sources :
· Ne pas préparer les biberons à l’avance car les bactéries commencent leur cycle de reproduction dès la préparation, même si on met le biberon au frigo (dans ce cas le processus n’est que ralenti).
· Ne pas réchauffer un biberon au micro-ondes.
· La bouilloire (en inox car les plastiques contiennent probablement du BPA!) sera d’une grande utilité pour avoir de l’eau stérilisée.

Bonjour aux 36 abonnés du blog et aux 73 fans de la page Facebook Maman écolo, bébé bio!  Maman écolo reprend du service :)  Ma bébé bio ...